Guillaume Bourdely est au départ marqué par les chansons dans un chalet face aux montagnes de Haute-Savoie. En centre de vacances, enfant il baigne tous les étés dans les mots et les mélodies de Le Forestier, Goldman, Auffray, Cabrel… tandis que chez lui, à Marseille, on écoute Brel et Aznavour.

Un peu plus tard, il s’initie à la guitare pour écrire et composer ses premières chansons. Adolescent, il se produit sur scène dans des groupes de rock puis intègre une école de musique, Pro Musica dans le Vaucluse. Il y côtoie de très bons musiciens et participe à l’enregistrement de deux albums (« But alors you are french ! », « La pétoche grise »). Pendant ce temps, à son tour il anime des centres de vacances en France et à l’étranger pendant une dizaine d’années où il découvre la pratique de la photo et du théâtre.

En 2004 il installe ses chansons à Paris, chante dans les cafés-concerts, les couloirs du métro et les terrasses de cafés. Entre 2005 et 2007, il compose des chansons pour le théâtre-musical, notamment pour le conte « Je vois des choses que vous ne voyez pas » de Geneviève Brisac. Le spectacle est joué pendant 22 mois à Paris, Télérama attribue TTT et remarque « les chansons excellentes se mêlent au récit avec évidence ».

Pour stimuler la création, il organise à partir de 2006 des « marathons de la chanson » qui consistent à écrire et composer une chanson par jour sur une période de 8 à 15 jours. Il y invite d’autres auteurs-compositeurs et les chansons sont mises en ligne en fin de journée. Parallèlement entre 2010 et 2016 il joue comme musicien/conteur dans un spectacle de théâtre itinérant de médiation pour la prévention des addictions auprès des jeunes (200 représentations à Paris et RP).

En 2016, sentant le besoin de renouveler ses inspirations, il décide de partir pour un long voyage. Sensibilisé par des chants argentins sur lesquels il travaille avec Nicolás « Colacho » Brizuela dans le groupe et école de chant des « Glotte-trotters », il choisit l’Amérique du sud.

Il rejoint le continent américain en cargo puis se déplace en bus, à vélo ou à pied et parcourt près de 30 000 km pendant 18 mois sans prendre l’avion. Appréhender les distances sur la terre, être dans un temps humain proche des populations locales, prendre le temps de regarder et sentir sont autant de choses qui vont travailler en lui profondément tout en impactant moins son environnement.

A la perspective du voyage, s’investir dans la photo s’impose comme une évidence. Il se forme à l’école de l’image des Gobelins et financera ainsi une partie de son voyage par la vente et l’échange de photos.

A son retour en 2018, il expose pendant 3 mois à Paris et ses images sont le point d’inspiration de nouvelles chansons (à écouter en scannant un QR code associé).

Auteur-compositeur de plus d’une centaine de chansons, Guillaume Bourdely se nourrit de toutes ces expériences pour façonner des chansons qui n’ont besoin que d’une guitare et d’une voix pour procurer une émotion et faire voyager.

Photo : Olivier Bénier ©